Deuil (NOUVELLE)

Ma nouvelle Deuil a été publiée par les Éditions 15K, œuvre accompagnée d’une interview consultable en cliquant ici (attention aux spoilers).

Pour la lire, commandez-la (en ligne) en format numérique ou audio (narrateur : Dominique Rambaud ; un grand merci à ce dernier pour son excellent travail).

En voici les premières lignes :

« La petite île grecque d’Alonissos appartenait à l’archipel des Sporades septentrionales, dites thessaliennes. Le plus grand de ses ports s’appelait Patitiri, une charmante cité de mille sept cents âmes ouverte sur la mer Égée, où Valter Jakobsen était venu au monde il y avait une éternité de cela.

Mais ce dernier trouvait l’endroit par trop animé et avait depuis longtemps émigré sur un morceau de terre émergée situé à une poignée de kilomètres au large. Officiellement inhabité, il y admirait, le soir, les lueurs de la commune, privilège qu’on lui avait accordé pour service rendu à la nation.

Debout sur la plage, le jeune homme scrutait l’horizon quand il discerna enfin les contours d’une embarcation légère. Sans doute la propriété d’un marin pêcheur qui, en échange d’une obole, aura accepté d’effectuer la traversée. À son bord, Mason Sullivan, qui l’avait contacté un mois auparavant.

Retraité du Corps des Marines des États-Unis, celui-ci avait notamment servi au Viêt Nam et participé, durant la prise de Saigon au printemps 1975, à l’opération Frequent Wind en qualité de pilote d’hélicoptère. Pendant deux jours, les 29 et 30 avril, il avait ainsi évacué de nombreux compatriotes et civils autochtones. Une mission que le futur colonel avait menée à terme grâce à l’indifférence des troupes de l’armée populaire vietnamienne qui ne s’y étaient pas opposées. Toutefois, la ville, défigurée par d’âpres combats, n’avait rien d’un havre de paix.

Aussi, une semaine plus tôt, avait-il été pris à partie dans un bar mal famé du centre par des sympathisants de Hô Chi Minh, altercation qui avait dégénéré en une violente bagarre et une tentative de lynchage interrompue in extremis par un inconnu surgi de nulle part. Un Bon Samaritain qui s’était ensuite éclipsé et dont Sullivan n’avait jamais su le nom sans pour autant oublier son visage. À la fin des hostilités, il l’avait recherché en vain afin de lui témoigner sa gratitude. Puis tout en poursuivant sa carrière militaire, sans plus de succès.

Jusqu’à cet automne, quarante-deux ans après. »

Illustration : Portion de l’île d’Alonissos, baignée par la mer Égée.

2 réflexions au sujet de « Deuil (NOUVELLE) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s